• Accueil
  • > CLM
  • > MARATHON DU MONT BLANC : LA REVANCHE DU JOKER…

MARATHON DU MONT BLANC : LA REVANCHE DU JOKER…

1 07 2011

 

 dsc04339.jpg dsc04335.jpg dsc04337.jpg dsc04336.jpg dsc04343.jpg dsc04341.jpg dscn6905.jpg dscn6906.jpg dscn6912.jpg

 dsc04348.jpg

Jamais deux sans trois, et cette fois-ci ce fut la bonne !!!

 

Après deux tentatives où j ai réussi à finir ma course (car ceux qui l’on déjà couru peuvent comprendre la difficulté) j’étais déçu de n avoir pu faire mieux malgré mes entrainements.

 

Alors cette saison a été très différente pour ma préparation. D abord en septembre, je suis rentré dans un club le DPL-RACING qui m a permis de m entrainer au stade pour les séances douloureuses de fractio et la piscine qui m a fait un excellent complément physique dans ma préparation.

Puis j ai une motivation particulière dans un projet « fou » pour moi de courir
la CCC en 2012 donc je me prépare essentiellement dans cet optique …

Début d’année,  j’entre dans le Taillefer Trail Team, une motivation supplémentaire pour bien faire et ne rien lâcher, l’esprit de groupe et d’équipe il n y a rien de tel pour la motivation.

 

Samedi : fraichement débarqué sur Chamonix, je récupère mon dossard, séance de massages par les kinés et petit tour de la ville en mode touriste à faire les boutiques de sport puis retour a l’hôtel  afin de préparer mes affaires pour le lendemain.

19h RDV avec la troupe CLM : certains que je retrouve et d autres que je vois pour la première fois, l’ambiance est toujours aussi sympa et l’esprit y est toujours agréable.

Le repas se fait essentiellement sur des discussions de courses et sur notre marathon du lendemain.

Puis il est temps de rentrer pour vite prendre des forces, en vue de mon objectif de saison.

 

Dimanche

Réveil a 5h15, je pose les pieds par terre (envolée la pression des derniers jours), je saute dans ma tenue et direction le ti dej, je suis raisonnable pas de Nutella …bon allez j’avoue juste une petite tartine ;-)

6h30 direction la place pour la photo tout d abord avec David, l’autre membre du Taillefer que je rencontre pour la première fois, puis les CLM.

Cette fois on y est il ne reste plus qu’à courir ce marathon et faire au mieux. (à ce moment là  j’ai quand même les pétoches)

On prend place sur le départ avec Raph, on se retrouve assez loin d ailleurs, ce n’est pas terrible mais l’année prochaine on s’organisera autrement ;-)

7h c est parti pour 42km195 de bonheur, de plaisir de course.

C est assez groupé nous sommes environ 2200 coureurs au départ  et il va falloir un peu de distance pour que le troupeau s étire un peu.

Les premiers km de chauffe se passent bien, je suis en forme et mes doutes s’envolent dès les premières montées, je ne marche quasi pas, je trottine tranquilou et je papote avec d’autres coureurs c est vraiment sympa.

L’arrive a Argentière se fera sans problème, le temps de prendre un verre et je repars direct, le tronçon jusqu’à Vallorcine est un de mes passages préférés, il est juste constitué de 2 bosselettes et d une longue descente à la fraiche.

Ravito de Vallorcine : rapide, le temps d un coca et d avaler 2 sachets de sel pour les crampes.

Puis changement de poche, je troc l’eau contre ma boisson iso, je récupère mes bâtons  et direction LA montée de la course avec 1000m de D+ sur 5km environ autant dire que ca ne rigole pas.

Je pars a l assaut du col des Posettes prudemment mais régulier dans l effort, et je m en sors plutôt sauf que les sachets de sel m’ont filé la nausée et c est pas franchement agréable d avoir les mâchoires serrées pour éviter que ca ressorte … je prends 3 bonbons a la menthe forte et ca passe doucement ouffff !!!

L’ascension se poursuit au soleil sur le chemin forestier avant de profiter d’une des plus belles vues de la course sur tout le massif. Après un bref arrêt photo, je repars direction l’aiguille des Posettes, c’est une succession de marches formées par la roche plus ou moins haute.

La vue sur 360 degrés est vraiment paradisiaque, 25 km de course et l’effort en vaut vraiment la peine !!

Le temps de me ravitailler et de ranger les bâtons, je peux entamer ma descente et j y vais franchement je sais que je peux gagner un peu de temps, je ne vais pas me gêner !!!

Malheureusement, j’arrive dans les sous bois et il y a pas mal de monde. Cela ne sert a rien de doubler tellement on est compact, alors je prends patience mais le changement de rythme n’est pas apprécié par mes jambes grrrrrrrr.

Je profite de marcher pour manger et boire. Il reste environ 15 km et la partie jusqu’à Tré le Champ est roulante, c’est d ailleurs la dernière portion « facile » du parcours.

Avant dernier ravito, c’est sympa, il y a du monde qui nous encourage. Je me rafraichi et je repars direct pour la deuxième difficulté : la montée vers la Flegere. C’est un sentier assez étroit avec un sol vraiment accidenté, d ailleurs j ai failli embrasser les racines 2 fois grrrr.

C est sur cette portion qu’il y a le plus de dégâts chaque annee : entre ceux qui ont prit le soleil sur la tête et les pressés qui sont à sec il y a de quoi faire !!!

Les derniers mètres en sortant du sous bois se font en plein cagnard. C’est une montée interminable, ca chauffe dans les chaussures. Enfin, on aperçoit la Flegere, juste 300 mètres devant moi, mais il y a encore 100 mètres de fou à gravir. Les derniers mètres c’est limité : c’est à 4 pattes qu’il faut les faire !!

Ce ravito tombe à pic, j’allais être à sec de flotte !! Je mange un fruit et repars après la photo obligatoire face au Mont Blanc.

Ca fait 6heures que je cours et il me reste 5 petits kilomètres, je sais qu’ils seront les plus durs !! Mais il me reste qq passages en descente,  je me dis que c’est possible de descendre sous les 7heures.

Je repars donc avec un objectif dans la tête, ce qui me motive encore plus. Je suis relâché, je profite des derniers km pour en prendre plein les yeux, c’est vraiment un plaisir de courir ce marathon.

Les 2 premiers km de mon challenge se feront sans accroc, je peux doubler et trottiner. En revanche, à la première remontée ça bouchonne bien comme il faut : impossible de doubler, je perds un temps fou et ca m’agace fortement !!!

Je regarde ma montre : cela fait 6h27 que je cours et il reste 2km et ceux sont les plus difficiles. Pour cette dernière ascension, je n ai pas d’autre choix que de courir pour réussir mon challenge. Ca fait mal aux cuisses, j’ai les jambes lestées c est horrible !  Je suis à un virage de l’arrivée et il doit me rester pas plus de 500metres à faire. Il y a du monde, c’est super motivant, je marche comme je peux c est terrible !!

Allez Jo il te reste 20 mètres !! Je relance la course je ne peux pas franchir la ligne en marchant !!

Yyyyyeessssssss c est fait !!! 6h53 à ma montre je n’en reviens pas ! Je récupère ma médaille bien méritée et me pose sur le banc.

 

Plein de choses me passent en tête : les entrainements, la famille, les amis. Je relâche la pression et je craque dans mon buff …

Quelques larmes plus tard, direction la table des ravitos pour la pression qui m a fait tenir bon durant 42km « la bière au genépi ».

Je suis ravi de mon weekend, la météo a encore été au top, des rencontres au top (David, jey) même rapide on aura l occase plus longuement j’en suis sur, Delphine et Gilles super PDC pour une première participation, Catherine et Boris, Raph et sa moitie, Bianco.

 

Alors on remet ca en 2012 pour le 10eme anniversaire du marathon ????


Actions

Informations



Une réponse à “MARATHON DU MONT BLANC : LA REVANCHE DU JOKER…”

  1. 1 07 2011
    Lexel (14:57:08) :

    La grande classe mon pote !!!

Laisser un commentaire




Débutants école de foot LLM |
MARADONA, EL PIBE DE ORO |
liverpoololyon |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PARAPENTE
| cdsmhrc
| TENNIS NORD MEDOC